expe fle

30 novembre 2005

A la recherche du temps gagné

Comme nous l’avons évoqué en cours jeudi à propos des corrigés des activités, pas de retour donc ça devrait être bon signe. Enfin c’est comme cela que je souhaite l’interpréter !

Cette semaine j’ai souhaité tenter une expérience, absolument rien d'extraordinaire, juste un peu poussée par les circonstances. Pas de plages horaires communes pour travailler ensemble avec Stéfania (nous sommes un peu surchargées semble-t-il toutes les deux !) et les activités de la semaine dernière mises en ligne par Stéfania n’étaient pas tout à fait terminées. De plus, les Espagnoles vont avoir une semaine de break puis les vacances de Noël seront là et ... bref, saisir l'occasion et la motivation. Donc ...
... en réponse à un forum, une des étudiantes espagnoles de notre groupe nous a indiqué qu’elle prévoyait un voyage en France (entre autres pays d’Europe). Sa demande portait sur des conseils pour des lieux où se rendre. Je me suis alors fixé deux objectifs : 1) répondre à la demande de l'étudiante par une activité proposée au groupe 2) me fixer un délai très raisonnable de conception de cette activité (il s’agit aussi pour moi de corriger un travers qui est de tergiverser et perdre du temps).

Je me suis donc limitée : fournir des adresses de sites pouvant aider notre étudiante à orienter ses choix pour concocter un petit voyage à la carte(consultation de sites et sélection de thèmes = compréhension écrite) puis nous faire part de la sélection de ses thèmes et de ses questions (production orale et écrite). Voilà, j'ai atteint les deux objectifs fixés pour cette activité. Maintenant reste à voir comment elle a été reçue. J'y reviendrai probablement ...

20 novembre 2005

A propos des corrigés de l'oral


Rythme hebdomadaire à nouveau opérationnel pour le blog ! Ouf, je respire.

A propos des corrigés de l'oral
J'ai déjà abordé rapidement ce point et j'ai envie d'y revenir car il s'agit pour moi d'une question de fond. Sous une formulation des plus banales se dissimule un véritable casse-tête (pour moi j'entends, peut-être pas pour vous !?)

Question : Comment corriger une activité orale ?

Etat des lieux : je présenterai brièvement la situation telle que je la perçois. Nous devons intervenir dans deux domaines comportant plusieurs aspects à évaluer. Le domaine de l'oral avec la phonétique donc la prosodie et la prononciation qui constituent deux aspects à évaluer et le domaine textuel (construction du discours) avec le lexique et les structures d'une part et leur organisation d'autre part à évaluer. De nombreux paramètres à prendre en compte et à croiser.

Je me suis donc demandée comment organiser les corrigés d'une manière concise, non ennuyeuse (à défaut d'être passionnante !) et efficace. Il m'a paru nécessaire d'opérer une sélection ( sélection "évolutive" sur la durée des activités proposées) des aspects à traiter au cours de l'évaluation afn de ne pas "se perdre", et que le corrigé reste lisible pour les apprenants.

Question en réponse à la question initiale (vous me suivez ?!) : ne doit-on pas commencer à imaginer le corrigé avant de se lancer dans la conception d'une activité ? Vous ne gagnerez peut-être pas le gros lot, mais vous pouvez toujours tenter votre chance pour les réponses !!

A bientôt

16 novembre 2005

Un certain rythme ...

... à défaut d'un rythme certain !

Après ces quelques semaines de tutorat, j'ai enfin l'impression de pouvoir gérer un peu mieux les temps de préparation et d'intervention, voire même d'avoir un contrôle minimal de la situation (je dis bien minimale !). Avec Stéfania, nous avons pu instituer une méthode de travail en binône ; c'est vrai qu'il nous a fallu un peu de temps car nous n'avions encore jamais travaillé ensemble et ça ne s'improvise pas dès le premier jour : nous avons une meilleure coordination.
Les connections bi-hebdomadaires
A propos de l'impact du temps, si je ne fais pas d'erreur, il avait été prévu que les étudiants espagnols travailleraient sur Moodle avec leur enseignant une fois par semaine le vendredi après-midi. En réalité, ils travaillent également le mardi soir pendant une heure. Peut-être avais-je mal compris. Bref, toujours est-il que cela a alourdi quelque peu notre organisation : temps supplémentaire pour la prise de connaissance des travaux envoyés par les étudiants espagnols, et plage horaire commune supplémentaire à trouver pour la préparation.
Les corrigés
Comme dans tout travail d'enseignement, il y a bien sûr l'étape des corrigés. Nous nous sommes interrogées sur le moyen le plus adéquat pour corriger un fichier son et il nous semble plus pertinent de corriger le plus souvent possible oralement au moyen de fichiers MP3. Voilà un exemple typique d'étape de familiarisation avec Audacity (j'en profite pour remercier Régis pour sa fiche pour le téléchargement). Nous proposerons probablement aussi des corrigés mixtes, avec les formules et conseils par écrit.
L'objectif est bien sûr de fournir un corrigé efficace sans y passer un temps (tellement précieux)déraisonnable. Il faut donc essayer de concevoir des activités qui nous permettent une fois sur deux un corrigé rapide.
La conception des activités est donc en lien direct avec le corrigé, La Palisse n'aurait pas dit mieux. Il se trouve que la formation à distance accentue cet aspect, surtout pour des apprenants débutants : il s'agit d'élaborer des activités pour lesquelles on pourra livrer un corrigé concis et compréhensible, si possible vivant et accrocheur pour l'apprenant. Apparemment, les étudiantes apprécient les corrigés individuels.
Vue d'ensemble
Parfois, cela donne un peu l'impression d'un carcan : les différents paramètres didactiques, techniques et temporels en articulation dans ce dispositif posent des contraintes qu'il est plus difficile à assouplir -me semble-t-il - qu'en présentiel. Par exemple, lorsqu'on est confronté à un problème technique, en présentiel, on a généralement toujours une "porte de sortie", on a normalement prévu une parade "au cas où" et en quelques mots on peut "gérer" la situation embarrassante. On est beaucoup moins à l'aise à distance, lorsqu'il s'agit d'une activité que l'on n'arrive pas à finaliser à temps, parfois à cause d'une manipulation que l'on ne maitrise pas vraiment et qui nous entrave, même lorsqu'on est en binôme.
En revanche, recevoir les travaux des étudiants sans avoir assisté au parcours de la réalisation de ces travaux et sans avoir la responsabilité du cours allège un peu la pression !
En conclusion, il faut s'habituer à évoluer avec les contraintes qu'impose la technologie mais qui, au regard des facilités que l'on gagne en contrepartie, méritent bien quelques efforts !
C'est en tout cas une très bonne école de la "réactivité" en ce qui me concerne, car j'ai en général un "temps de réponse" qui n'est pas celui de l'ADSL !!
A bientôt !

08 novembre 2005

Réception et perception

Nous nous retrouvons donc jeudi 3 novembre au matin pour notre séance de groupe après une petite semaine de break.

Décalage et connivence

Nous avions pris connaissance du message de Mario, l'enseignant espagnol, concernant nos interventions et je me suis amusée en observant nos réactions (nous étudiants-tuteurs et François Mangenot, notre enseignant).
Quand certains(es) y voient plutôt un compte-rendu d'observation de nos activités par l'enseignant responsable du cours de français, listant et commentant les différentes tâches, leur intérêt ou leur faiblesse, en vue de nous guider, d'autres y voient au contraire une critique un peu sèche témoignant d'une directivité de sa part. Ces deux perceptions ont suscité pas mal de commentaires et j'ai trouvé que nous disposions là d'une très bonne illustration du "ressenti" d'une communication à distance, du décalage que cela peut déclencher entre les différents participants de ce type de communication.
Doù le parallèle avec les nombreux questionnements que nous rencontrons avant la mise en ligne d'une activité : toutes les hésitations quant au choix du lexique et des formulations pour les consignes, la façon de rédiger le forum pour avoir un maximum de participation etc...
En effet, lorsque l'on sait que l'on a que ce moyen de rencontre, qu'on ne compte que sur ces échanges en ligne pour travailler, on y met beaucoup plus d'authencité que lorsqu'on sait que l'on va se voir peu de temps après. On sait alors qu'une précision ou une explicitation pourront être apportées de vive voix. Quand il n'existe que la communication à distance, on apporte un soin particulier à la rédaction, au choix des termes et du ton.


Distance réduite

Retour après une pause - blog (que je n'avais pas perçue aussi longue, il est vrai !). Mais ne vous méprenez pas, les neurones ont continué à fonctionner !

Tout d'abord, après la première quinzaine de contact avec les étudiantes espagnoles et leur enseignant, toutes les appréhensions au sujet de "comment établir un bon contact à distance ?" se sont tout simplement (j'allais dire tout naturellement) effacées. Il m'a semblé qu'il y avait vraiment une volonté partagée que ça réussisse. Je dirais presque que j'éprouve le même enthousiasme à les retrouver et à "concocter" des activités que lorsque je le fais pour des apprenants en présentiel (et il me semble que c'est partagée avec Stefania).

La régulation des moments d'échange

Après l'effervescence de la découverte, happée par l'enthousiasme débordant décuplé par les échanges plutôt sympathiques qui se sont mis en place, j'ai eu l'impression d'être un peu débordée et de me connecter trop fréquemment pour suivre l'actualité des échanges. J'ai craint l'envahissement, l'anarchie totale, bref la pagaille ! La mise en commun lors de la séance du jeudi 20 octobre m'a rassurée : c'était la tendance. Nous avons donc décidé de fixer des moments de connexions puisque nous savons que les Espagnoles se connectent le mardi soir et le vendredi après-midi.

14 octobre 2005

Contact établi

Je n'ai pas résisté : en cette fin d'après-midi du vendredi 14, je suis allée faire un tour du côté de Moodle car les étudiants espagnols devaient se connecter pour la première fois ce vendredi.
Leurs noms étaient écrits dans les groupes correspondant aux tuteurs. Aida, Lidia, Maria et Monica sont les quatre étudiantes de notre groupe.
Avec Stefania, on s'était un peu interrogé sur la répartition. Le nombre d'abord : il y a des groupes de 2, 3 ou 4. Mes spéculations à ce propos : la répartition s'est peut-être opérée selon le choix des étudiants de travailler avec tel(le) ou tel(le) ou selon l'avis de l'enseignant Mario Tomé pour harmoniser en fonction des niveaux : 2 niveaux plus avancés pour 2 niveaux moins avancés ? On s'est fait la remarque de la parité ! Notre groupe est exclusivement féminin, un autre groupe de quatre est exclusivement masculin.


ET PUIS ... ce fut un réel plaisir de les entendre pour la première fois : REAL ... isation !

12 octobre 2005

Premiers pas sur ... Moodle

Avant la séance de jeudi 13/10, on a mis sur Moodle nos présentations mais avant cela, dans le cours de la semaine, il y a eu :

- Des séances photos, ça peut paraître superflu, mais d'abord nous n'avions pas de photos numériques vraiment exploitables pour nos présentations. Ensuite, Stefania et moi n'avons jamais travaillé ensemble et nous avions envie de prendre le temps de quelques photos, ça nous a permis de nous connaître un peu mieux ;
- Des échanges d'idées sur la façon de faire nos présentations et activités et ainsi on était déjà dans l'interaction ;
- Un travail de réflexion individuelle sur les activités envisageables ;
- L'élaboration de
nos monologues et dialogues ;
- L
a séance d'enregistrement des fichiers MP3 : et la première prise a été la bonne !!

Enfin au cours d'une matinée complète, on a mis sur la plateforme Moodle les documents : attention on a failli se faire piéger car les documents s'empilent donc si on commence par le premier, et bien il se retrouvera à la fin lorsque tous les documents auront été enregistrés. Donc on a supprimé nos documents et ... on a recommencé.
On s'est donné jeudi matin pour terminer.

Bon il est vrai que cette semaine a été ... effervescente. On a un peu travaillé au coup par coup, guidées ou plutôt briguebalées par les "découvertes en cours d'action" !

11 octobre 2005

Pas vraiment un long FLEuve tranquille !

Bonjour,

Malgré la pression ressentie par l'échéance du jour J, ce qui mobilise le plus mon esprit est pour l'instant la technologie. Que de choses nouvelles à intégrer depuis le début de ce module FOAD, et c'est pour cela que je l'ai choisi (entre autres choses). J'ai quand même l'impression de passer beaucoup de temps pour des résultats encore peu ou pas visibles ni mesurables mais je devrais peut-être quantifier pour voir si ce n'est pas qu'une impression !
Tiens tiens, une grille de suivi pourrait peut-être m'être utile, à mettre en place rapidement.

Pour aujourd'hui, je vais me contenter de lister d'abord les côtés que je trouve positifs (et oui, le plaisir avant tout !) :

D'abord le blog :

J'ai quand même réussi à inclure une photo* dans la page d'accueil (je ne dirais pas au bout de combien de temps...) et j'ai pu enfin récupérer le brouillon pour le publier : je crois qu'en réalité, après les modifications que j'apportais au brouillon, j'oubliais de republier.

A propos du BV :

J'ai créé les liens vers les autres groupes sites
Certaines collègues ayant évoqué un site-groupe pour le binône, je me suis lancée et ça a marché. j'ai pu le créer pour Stefania et moi : pratique, je pense, pour se transmettre nos documents et idées.

Moodle :

J'ai constaté qu'il m'a fallu du temps pour intégrer le schéma du dispositif et ses articulations. Comme le dit Lucie, d'abord la technique pour y penser le moins possible ensuite. Avec Stefania, on s'est fixé un moment commun de travail pour mettre sur la plateforme nos présentations, qu'on a travaillées à plusieurs reprises dans la semaine.

La séance de tutorat de jeudi dernier (06/10) :
François Mangenot nous a montré beaucoup de manipulations pour le son et l'image mais (petit bémol) nous n'avons pas pu pratiqué sur place par manque de temps. Je pense que ce jeudi, nous allons pouvoir le faire.
Autre chose qui a été bénéfique pendant cette séance, c'est le chat avec l'enseignant espagnol, Mario Tomé. C'était bien de le faire à ce moment, ça nous a conforté sur la direction à prendre : on se sent libre d'apporter de la matière extérieure au cours, c'est ce qu'on souhaitait (enfin Stefania et moi on envisageait plutôt les choses comme ça, et ça me paraît être le souhait de la plupart des tuteurs) et c'est ce que l'enseignant attend !
Bref, tout se présente bien, même si cela requiert pas mal d'énergie : on en a encore !!
Bon courage à toutes et à tous !



* pour celles et ceux qui aiment les balades, c'est le Lac des Bêches au dessus de la Bérarde,